L'Abatt'Mobile

Accueil

Ensemble, mobilisons-nous pour un abattage plus respectueux du bien être animal !

L’abattage fait partie de l’élevage. Sans abattoirs, l’élevage disparaîtrait : nous ne pourrions plus manger de viande, mais ne pourrions plus non plus boire de lait, manger de fromage. Il deviendrait difficile de faire pousser des légumes, des céréales, autrement qu’avec des engrais chimiques.

Pour conserver des fermes familiales, paysannes, biologiques, en circuit-court, les abattoirs de proximité sont essentiels. Mais ils disparaissent les uns après les autres. La concentration de l’abattage dans des structures rares et industrialisés engendre des dérives : transports trop long des animaux vivants, stressés par le regroupement hors de leur cadre de  vie, travail des ouvriers rendu pénible par des cadences trop élevées, perte de qualité de la viande par un processus trop industriel, perte de sens du métier d’éleveur qui voit son travail respectueux des animaux gâché par cette fin de vie qu’il ne maîtrise pas.

Pour se donner les moyens de sortir de cette spirale néfaste et redonner du sens à leur engagement, des éleveurs bio normands sont sur le point de faire émerger un projet d’abattoir mobile, se déplaçant dans les fermes de Normandie. Il répondra aux besoins des éleveurs en circuit-court, qui disposent déjà de solutions de découpe mais souhaitent maîtriser enfin la dernière étape de l’élevage de leurs animaux.

Après plusieurs mois et années de réflexion, de consultation, de planification sur le sujet, est née en juin 2020, L’Abatt’Mobile, une association de préfiguration. Avant le lancement de la structure qui gèrera l’unité d’abattage mobile, cette association permet de passer aux actions concrètes pour le camion d’abattage puisse voir le jour rapidement, en 2022.

La loi Alimentation de 2018 a, au travers du décret n°2019-324 du 15 avril 2019, ouvert la voie aux expérimentations d’abattage alternatif. De nombreux projets d’abattoirs mobiles émergent désormais en France. Forts des fruits de notre travail sur le sujet, depuis 2018, avec Bio en Normandie (association représentant tous les paysans bio normands), nous pouvons créer le premier abattoir mobile pour porcins, ovins et caprins en France.

L’abattage mobile à la ferme ne pourra se faire que sur de petits volumes. Il ne remplacera pas les abattoirs fixes, mais offrira ce que ce que ces derniers ne peuvent pas : la possibilité pour les éleveurs d’accompagner les cochons, moutons ou chèvres, qu’ils auront vus naître et élevé, dans la dernière étape de leur vie. Celle-ci se déroulera dans l’idéal sur leur lieu de vie, dans une ferme toute proche en tout cas. Il réduira le stress des animaux et garantira aux consommateurs une viande de qualité.

Quelques chiffres

250

C’est le nombre d’abattoirs encore en activité en France contre 382 en 2002. Un chiffre en baisse constante qui contribue à augmenter les volumes et les cadences des abattoirs restants.

Quelques chiffres...

4

La Normandie est la 4ème région productrice de porcs en France avec plus de 1,28 millions de porcs charcutiers produits par an, soit 5.5% de la production française dont 80% produits sur l’ex-Basse Normandie.

Quelques chiffres...

1

C’est le nombre d’abattoirs pour les porcins encore en activité dans toute la Région Normandie. Après la fermeture en 2020, des abattoirs de Cherbourg et de Saint Hilaire, seul l’abattoir du Neubourg (27) fonctionne encore.

Qu'est-ce que c'est....

…. Un projet de camion d’abattage mobile en Normandie destinés aux porcins, ovins et caprins.

Ce projet a été lancé à l’initiative de l’Association Bio en Normandie pour répondre aux attentes d’éleveurs bio, soucieux des conditions d’abattage de leurs animaux. Un groupe de travail s’est ainsi formé et a débouché sur la création de l’Association L’Abatt’Mobile.

Le camion sera équipé pour effectuer l’abattage des animaux dans les meilleures conditions pour leur bien-être, celui des salariés qui y travailleront ainsi que dans le respect de toutes les normes sanitaires.

Le camion ne prendra pas en charge la découpe qui devra ensuite être effectuée dans un laboratoire de découpe à la ferme ou dans un abattoir. L’idée est de transporter la viande plutôt que les animaux vivants.

Le temps de mise en place du camion est assez long (ainsi que celui de son démontage), le camion se déplacera donc dans plusieurs fermes d’accueil, dans l’idéal, équipées d’un laboratoire de découpe, pour effectuer les abattages de plusieurs fermes alentour.

Le camion restera stationné 2 jours dans chaque point d’accueil. Il y aura un point d’accueil minimum dans chaque département. Le transport ne sera donc pas complètement supprimé mais très fortement réduit : 15 min en moyenne au lieu d’une heure et demie.

Don

Votre don nous aidera à financer les différentes actions nécessaires à la mise en place du projet : plan de maîtrise sanitaire, finalisation du plan du camion, construction de l’outil, etc.

Je soutiens, je donne !

Adhesion

Votre adhésion nous aidera non seulement à financer le projet mais nous donnera également plus de poids politique pour défendre le projet.

Vous serez invités à l’Assemblée Générale et nous vous tiendrons au courant de nos avancées en priorité.

Je soutiens, j’adhère !